Accueil > Pêche à vue > Une envie de crabe…

Une envie de crabe…

DSC01372 copie

Il y a quelques temps, j’ai découvert la pêche à vue grâce à la vision et aux articles de Bertrand qui ont su attiser ma curiosité. En me renseignant sur la technique qui commençait à se perfectionner, j’ai lu et relu les articles de Nicolas Cadiou qui est passé maître dans la discipline et j’ai finis, un jour, par découvrir le magnifique travail de Franck Ripault, grand moucheur et auteur halieutique.

Franck a développé deux types de mouches, un crabe ultra-réaliste réalisé en epoxy et une crevette toute aussi réaliste constituée de gel UV. Ces deux mouches sont vendues en ligne et elles sont très réussies.

Fabriquant mes mouches depuis toujours, j’ai essayé, échoué, expérimenté, vérifié, pour, après de multiples essais, arriver à ce que je voulais. L’idée n’était pas de copier la mouche de Franck mais de s’en inspirer. Grâce aux informations que m’a donné Bertrand, j’ai adapté et revue mon montage pour arriver à présenter un crabe alléchant à un bar de poste.

Tout commence par chercher une carapace vide sur l’estran, dans les algues qui se déposent à marée basse et qui retiennent des déchets et des corps de crabes. L’idée est de trouver des carapaces de maximum 3cm. Au-delà, le montage sera gros, la mouche pèsera lourd et on se rapprocherait plus du concept de pêche aux leurres. Si vous trouvez un corps entier de crabe vide avec une carapace de 3cm, c’est le mieux, vous pourrez mouler les pattes par la même occasion.

Le moulage peut se faire de plusieurs façons mais la carapace est très fragile. J’ai choisis de la mouler en RTV rouge pour sa durée dans le temps et ses propriétés. Comme il n’adhère qu’à lui-même tous les produits que j’utiliserai pour réaliser une réplique seront démoulable facilement et il n’y aura pas besoin d’agent démoulant.

170114123516951258

Moule en RTV HT rouge

J’ai choisis la résine PU et je garde une autre alternative avec la résine Epoxy bi-composant pour couler la carapace. La première sèche très vite et le rendu est blanc, la deuxième a les mêmes propriétés mais après séchage devient transparente. Je la teinte dans la masse avec des poudres (Breizhbait) ou des colorants liquides (EZ Sparkle body). À ce stade, tous les coloris sont possibles. Dans cette pêche, ce sont les crabes verts qui intéressent les bars mais des coloris « jaunes » ou « marrons » pourront aussi en séduire quelques uns!

Carapace

Carapaces réalisées en Epoxy teintes dans la masse et re-colorées aux feutres Promarker puis vernis

DSC01339

Carapaces teintes dans la masse (à gauche) poudre Breizhbait (à droite) Résine PU et feutres Promarker

Les pattes sont moulées, elles aussi en RTV rouge et sont réalisées en latex teint lui aussi dans la masse soit par poudres soit par colorants liquides. Avec le temps si le crabe n’est pas stocké à l’abri de la lumière, le soleil a tendance à foncer les pattes qui deviennent marrons, l’effet n’est pas désagréable et donne un nouvel aspect au crabe mais pour éviter cela stockez-le dans une boîte qui ne laisse pas passé les UV du soleil.

DSC01364

Moulage de trois pattes qui suffisent à composer un corps de crabe

La délicate question des pinces se pose ici. Elles peuvent effrayer les bars dans certains cas, c’est pour cela que je choisis de ne pas les reproduire et de reprendre les pattes arrières qui par leurs formes donnent l’illusion de pinces.

Une fois tout coulé, il reste le montage et la méticulosité ne sera pas de trop pour cet assemblage délicat.

Je colle une plaque de mousse (verte ou jaune) que je fends en deux pour y insérer l’hameçon n°2 ou n°1 qui est orienté vers l’avant du crabe pour que la tenue soit la plus naturelle possible. Je colle une à une les pattes sur la mousse et j’attends que tout sèche.

DSC01356

Montage et positionnement délicat des pattes

Je dépose une fine plaque de plomb sur le « thorax » du crabe. À ce stade la nage est bien étudiée. Le crabe flotte grâce à la plaque de mousse, il se place naturellement en position de descente avec la plaque de plomb. Un petit coup de scion et le crabe descend lentement pour se poser naturellement sur le fond. Après cela, je recouvre d’une fine couche d’époxy l’ensemble pour créer le ventre et juste avant que l’epoxy ne sèche complètement, je dépose du dubbing vert ou jaune pour recouvrir la plaque de plomb et pour que le crabe descende facilement.

DSC01376

Les deux crabes recouvert de dubbing pour former un thorax et faciliter l’immersion 

Le crabe est presque finit. Il ne reste plus qu’à colorer les yeux en noir et monter un anti-herbe. Voilà un Tuto Anti-herbe (Cliquez ici) que j’ai fait pour vous expliquer comment en réaliser un, c’est la première méthode.

Le voilà terminé! Il ne reste plus qu’à le lancer parfaitement sans trop de gestes devant un bar décidé à mordre! Tout ce qu’il y a de plus simple…

DSC01365DSC01368Le crabe est terminé

f99ba9dfeef905509bac2d91d6404b99 2

Un crabe en pleine mue et son homologue… Tous les coloris sont possibles

Il reste à arpenter les bords des estuaires, tous les recoins qui attirent les crabes et les bars et à y déposer la mouche. Cette pêche est à la fois excitante et frustrante. À la mouche, les sensations sont décuplées et j’espère bientôt que ce petit crabe se fera avaler par un bar!

Je remercie ici Franck Ripault pour son génial montage de base qui est d’un réalisme fou et qui a permis d’adapter la pêche à la mouche à la pêche à vue.

Je vous ai proposé une version d’un montage de crabe qui m’a obsédé et qui continu de m’obséder afin de pousser le réalisme de plus en plus loin.

Je fais un clin d’oeil à Jack qui se reconnaîtra et qui permet aussi à cette pêche de se développer!

J’espère faire nager ce crabe très bientôt en fonction des conditions qu’il faut arriver à réunir mais ce serait avec beaucoup d’envies après différentes raisons qui m’ont éloigné de la mer pendant quelques temps.

Adrian

Adrian

Inconditionnel de la pêche aux leurres du bord et de la pêche à la mouche en mer, je prends toujours autant de plaisir à fouler les plages de Bretagne et gravir les rochers balayés par les vagues.

More Posts

  1. 22/06/2017 à 21:46 | #1

    Bravo Adrian pour ce travail méticuleur, hyper réaliste et sans doute chronophage.
    Cependant, au risque de lancer un pavé dans la marre, et outre le plaisir qu’on puisse avoir à pêcher avec un leurre de sa conception, je me demande toujours pourquoi ne pêchent-ils pas plutôt avec de vrais « enragés », si faciles à attraper et si nombreux.
    Daniel

    • Adrian
      Adrian
      23/06/2017 à 16:28 | #2

      Merci jaja29!
      C’est vrai que cela pourrait être une technique à part entière et certains pêchent avec succès de cette manière mais derrière la confection de ce crabe, il y a toute une réflexion de moucheur. Prendre du plaisir à confectionner sa mouche, faire en sorte qu’elle soit la plus réaliste possible pour tromper un maximum de bars et enfin la sensation qu’on a en tenant un poisson avec une canne à mouche est vraiment géniale. Alors c’est surtout une question de technique préférée chacun fait ce qui lui plaît dans la pêche et ça, c’est top!

  2. 13/07/2017 à 00:53 | #3

    Super montage … qui devrait prendre !
    Perso j’ai changé completement mes montages tout en gardant le concept de Franck mais avec une carapace en poudre d’aluminium et un hamecon texan pointe vers le bas qui est coulé dans la masse de la carapace .Double anti herbe en corde à piano sur lequel est fixé le lest .Pattes en Octopus noués. La nage n’est plus sur le coté mais en arriere … les bars aiment bien ce montage 😉
    Jack
    PS : contacte moi / email si tu veux que je t’envoie des tofs de ce montage

  3. Adrian
    Adrian
    13/07/2017 à 08:18 | #4

    @Jack Muletor
    Et ton montage est magnifique Jack! J’aime vraiment les possibilités qu’offrent ces techniques pour trouver pleins de coloris différent qui peuvent s’adapter à la couleur du fond, des variations de vert/jaune/marron pour arriver à un réalisme maximum!

  1. Pas encore de trackbacks