Accueil > Pêche à vue > Pêche à vue du bar dans les parcs à huitres

Pêche à vue du bar dans les parcs à huitres

victim-peche à vue parcs huitres-1

On sait tous que pêcher sur les parcs à huitres peut réserver de belles surprises, aux leurres de surfaces notamment. Mais avez vous pensé de les aborder en mode « sioux » du bord, autrement dit en pêche à vue ?

Si vous suivez le blog régulièrement, il ne vous a pas échappé que le décor est souvent celui des estuaires avec des algues à profusion, roches, vases, arbres, berges abruptes, … et vous vous êtes surement dit « mais chez moi, je n’ai rien de tout ça ! » … et si les parcs à huitres offraient une autre alternative pour pratiquer la pêche à vue, accessible à un plus grand nombre ?

Dans le même principe que les estuaires, tous les parcs ne sont pas forcément bon à prospecter. Il faudra  trouver les endroits qui « fixent » la nourriture et donc les prédateurs. Soit par la configuration de la cote et des fonds, comme les bancs de sable par exemple (des bassines en quelques sortes). Soit au plus proche d’un chenal, entrée de rivière, port ou vasière qui assurent une vie alimentaire dense. Quelques passionnés la pratique déjà à pied avec aussi l’option du kayak pour accéder à des posts éloignés de la cote. Il y a de la place pour tout le monde et les spots sont vastes. Mais comme souvent dans la pêche à vue, la hauteur d’eau est importante et le temps est compté.

Il vous reste alors à ouvrir grand vos yeux, mais aussi vos oreilles ! Le moindre splash ou mouvement d’eau sous les tables à huitres est amplifié, pour peu que le temps est au calme. Forcément vous allez croiser du mulets, mais le bar n’est jamais bien loin, et si l’eau est trouble, vous pouvez toujours vous fiez aux crevettes qui sautent en surface, un très bon indice. La marée basse n’est pas synonyme d’inactivité, faut le savoir.

Une fois repéré, j’essaye d’anticiper leurs passages en les attendant en embuscade dans les couloirs des tables, de préférence dans une zone qui me permettra de les sortir sans trop de difficulté. Bien souvent, leurs parcours sont bien rodés et ils s’aventurent difficilement en dehors. Sauf si quelques cailloux ou algues traînent dans les parages, susceptibles d’abriter un crabe, un « nid » de crevette ou pourquoi pas des lançons prisonnier par le flux de la marée.

victim-peche à vue parcs huitres-2

Bar piqué au début de la marée montante, il est sorti de dessous des tables et il s’est aventuré dans les algues à coté des parcs.

 

Vient ensuite le combat et comment le gérer. Une solution que j’emploie le plus souvent, c’est le passage en force. Bridage du pépère avec autorité, et glissade du bar sur le bord. Pour ça, un fluoro de 0.22 centièmes me paraît être un minimum, 0.25 c’est confortable. Un frein légèrement plus serré que d’habitude, un hameçon de bonne facture et une canne avec du répondant. Ayant peu d’eau et de courant en général pour l’aider à fuir, le combat ne va pas s’éterniser. Il aura toujours beaucoup d’énergie à revendre lorsque vous allez le saisir pour le remettre dans son élément.
Pour les leurres, vous avez le choix … dans l’idée de les faire sortir de leurs niches, je pencherais pour une taille pas trop petite (à moins qu’ils soient focalisés sur les petites crevettes), pourquoi pas avec un peu de vibration et de sonorité, des couleurs en deux tons, enfin quelque chose qui se voit et qui les excite !

La photo ci dessus est une session où trois leurres différents ont fonctionné. Ribster 4.5″ – One Up shad 3″ – Bubble Shrimp

Un rappel de bon sens : Les parcs sont des concessions d’état. Il est interdit de prélever des huitres dans les parcs et alentours. Soyez respectueux de l’environnement de travail des ostréiculteurs, récupérer vos leurres perdus et entretenez un bon contact avec le propriétaire.

Bertrand

Bertrand

Adepte des pêches fines aux leurres et à la mouche, du bord, en s.u.p. ou en kayak. J'apporte beaucoup d'importance dans la manière d'approcher le poisson, à travers les techniques que j'apprécie le plus et pas forcément celles les plus productives. Proche de la nature, j'essaye de concilier ma passion avec le respect du poisson et sa protection.

More Posts

  1. Chondrus
    21/05/2015 à 12:32 | #1

    Super article, comme toujours.
    Merci pour les CR que je lis toujours avec plaisir et qui me font progresser à chaque fois.
    Je dois patienter encore quelques jours avant l’arrivée de mon kayak et à moi les parcs !!
    Bonne continuation à Fishing Victim,
    Chondrus

  2. Loïc22
    21/05/2015 à 17:46 | #2

    Salut Bertrand,

    on fréquente les mêmes endroits 😉 ; les petites « baies  » entre les différents parcs parsemées d’algues sont de superbes postes si en plus il y a un caillou entouré d’algue entre deux parcs là en général c’est jackpot

    Pour la tresse j’opte pour de la 10 lb, 10 lb en fluoro (25 centièmes) pour les hameçons de Worm 17 ou 13 (plus fort de fer) de chez Decoy, en leurres quelques worms ‘coloris verdâtres et crevette) et les bass assassin en 5″ en coloris arkansas shinner (jaune en dehors de l’eau qui prend une teinte verte dans l’eau) et le crystal shad).

    @mic

    Loïc

  1. Pas encore de trackbacks