Accueil > Matériel, Pêche à vue > « se contorsionner pour aspirer sa proie »

« se contorsionner pour aspirer sa proie »

Shimano Sustain - Tresse Sunline Siglon - Lunker city ozmo

De retour de vacances, je m’empresse de monter un nouveau leurre. Les montages sont multiples, on va choisir la simplicité et on va tester en bord d’estuaire.

Faible coefficient et pas tout à fait basse, je dois passer en wading/bottes contourner une roche pour me rendre sur le spot. Habituellement à cet endroit, il n’y a pas de bars postés … sauf aujourd’hui !

En marchant dans l’eau, j’ai soulevé de la vase qui se dirige pile vers le bar en visu. Trop tard, j’peux rien faire, j’attends immobile mais il a capté quelque chose d’anormal et fuit lentement la zone.

Je m’enfonce légèrement et l’eau commence à rentrer dans mes bottes. Agréablement surpris par sa température, elle s’est bien réchauffée en quelques jours … pas étonnant de voir ce joli bar dans si peu d’eau. Mais il est parti sans que je puisse rien faire. Je poursuis mon chemin pour arriver à mon spot prévu, rien ! Rrrra, et si …

Incroyable, il est toujours là, légèrement décalé mais en prospection, à fouiner les algues et feuilles mortes. Mon leurre, une créature sombre, se détache très bien de l’environnement. C’est sans hésitation qu’il accélère le pas pour vérifier son menu. Il mettra peu de temps pour se cambrer et se contorsionner pour aspirer sa proie, laissant entrevoir son flan argenté hors de l’eau avant qu’il puisse engamer. Eh oui dans si peu d’eau, pas facile d’être en position d’attaque. Les secondes me paraissent longues avant de ferrer, mais j’apprécie le moment … rare et magnifique, j’en ai rêvé tout l’hiver.

Bar d’estuaire breton, environ 80cm

Ozmo de chez Lunker City, j’dois dire que j’étais pas vraiment attiré par ce leurre à sa sortie, et puis après plusieurs essais de créatures différentes, on se rend vite compte qu’ils sont capables de « taper » dans pas mal de silhouettes qui ressemblent à du crabe ou assimilé. Plus incitative qu’imitative.

Lunker City Ozmo Black Neon

Ce leurre est un peu particulier puisque l’on peut détacher les différents appendices pour obtenir ce que l’on souhaite à l’humeur du moment et de sa créativité.

Pourquoi noir ? … bah j’ai eu souvent de bons résultats avec une teinte foncée pour tout ce qui est « créatures » avec animations minimalistes. Visible de loin, que ce soit pour le pêcheur comme pour le poisson.

Pour le montage, je vous conseille de piquer le texan le plus loin possible en tête dans la partie la plus fine, ainsi vous favoriserez un bon dégagement de l’hameçon. Les bars ont une fâcheuse tendance à les avaler en 2 temps.

Bertrand

Bertrand

Adepte des pêches fines aux leurres et à la mouche, du bord, en s.u.p. ou en kayak. J'apporte beaucoup d'importance dans la manière d'approcher le poisson, à travers les techniques que j'apprécie le plus et pas forcément celles les plus productives. Proche de la nature, j'essaye de concilier ma passion avec le respect du poisson et sa protection.

More Posts

  1. eric
    09/10/2018 à 16:36 | #1

    Salut Bertrand,
    à force de te lire et après avoir qq peu délaisser la pêche en mer, j’ai eu une envie de ressortir la canne avec ses beaux jours et de m’essayer à la pêche du bar à vue en Estuaire, Finistère nord, mes années d’expérience de pêche à vue de truite à la mouche me facilité le repérage des poissons, les mulets sont délaissés ou profit de beau, voire très beau poisson, très peu actif. BDL de 6m de fluoro Sunline 26% et leurre maison ayant fait ses preuve je m’attaque à ces poissons en toute discrétion , dans leur dos, mais même avec des passages plutôt éloignés, le résultat est tjrs le même, le poisson détecte qq chose et se barre, pourtant le montage est très discret, hameçon texan plus insert plomb, j’ai essayé crabe ou crevette, même résultat, j’ai même été scié de voir un poisson que j’attaquais à 10m, dans son dos, se barrer avant que le leurre tombe à l’eau, aurait-il vu le fil en l’air? j’y crois pas, j’ai même vu un poisson se barrer , dans les mêmes conditions, alors que mon leurre était accroché à un goémon, au sec, à 2m de lui sur la berge!!! As tu déjà vu des poissons aussi méfiant? les 2 poissons que j’ai piqué étaient à chaque fois en couple, à l’approche du leurre, l’un se barre et l’autre attaque, va comprendre?

  2. Bertrand
    Bertrand
    09/10/2018 à 17:29 | #2

    @eric
    Salut Eric, c’est cool que tu t’y mettes.
    Aucune inquiétude, ce genre de situation arrive très très souvent. J’ai déjà vu du bars suivrent le fluoro jusqu’à moi, un truc de fou !!!

    Dès lors qu’ils s’approchent du bord, leurs comportements changent et deviennent bcp plus méfiants.
    Ya quelques astuces quand même pour les faire mordre plus facilement.
    – Trouver des zones où ils s’alimentent copieusement.
    – Pêcher dans une eau pas trop claire
    – Proposer un leurre non pas dans leur dos mais devant eux en laissant filer le leurre dans le courant, pour qu’à aucun moment il ne voit le bas de ligne avant le leurre.
    … et puis ya des moments ça croque sans hésitations, tu ne sais pas pourquoi !!

    C’est déjà bien d’en voir :)

    tu n’as pas essayé à la mouche ? les présentations sont souvent plus naturelles.

  3. eric
    09/10/2018 à 17:52 | #3

    non, mais je pense que je vais essayer au « toc », je me dis que ce qui importe c’est de le leurrer, et la présentation est visiblement hyper importante, je vais cogiter pour voir si je peux pas trouver une technique du genre « nymphe au fil sur ces poissons postés , avec une lamelle de calamard ou tentacule, le tout avec une canne de 12 » … parce que me prendre continuellement des vents comme ça…

  4. eric
    09/10/2018 à 17:58 | #4

    ce qui m’étonne aussi, c’est de faire 1 ou 2 km, voir des poissons, mais ne pas voir de comportement d’alimentation pendant 4 à 5h.

  5. Bertrand
    Bertrand
    09/10/2018 à 20:10 | #5

    c’est dommage de ne pas insister à vouloir les tromper avec un « bout de plastique ». Ca apporte plus de satisfaction je trouve.
    Les trouver en phase d’alimentation, c’est peut être le plus dur à dénicher, pour les pêcher à vue je m’entends.
    Une petite accélération autour d’une roche, un dénivelé sous forme de petit plateau, un virage creux qui concentre tous les apports alimentaire que les estuaires peuvent offrir. En gros, trouver un entonnoir à bouffe qui leur demande un minimum d’effort pour s’alimenter.
    Suivant les postes, ça peut être début descendant, mi marée (très bon généralement), à la basse dans les trous (plus facile à trouver mais pas toujours mordeur), début montant (peut être très productif sur certains spots) …

  1. Pas encore de trackbacks