Accueil > Pêche à vue > Le bonheur à nos pieds

Le bonheur à nos pieds

victim-le bonheur à nos pieds-1

Vu la baisse de charge au boulot, une journée de congé s’impose pour prolonger un weekend déjà riche en poissons, pris à la mouche. Mais aujourd’hui, c’est pêche à vue en estuaire pour essayer de grossir les prises.

On commence par une montante ce matin. Arrivé sur les lieus, sans que j’ai le temps de monter un leurre, un joli dos noir remonte la bordure, et de un … l’activité s’amplifie au fur et à mesure que la marée monte. Pas une ride sur l’eau, c’est un bonheur (et sportif à la fois) de les suivre se gaver sur les crevettes et crabes. Quelques refus et puis un premier piqué et vite remis à l’eau, une soixantaine de cm. Ils ont pris de l’avance sur moi, je remonte la bordure et les attends en embuscade dans un coin où ils ont l’habitude de stationner et bingo, ça défile en fouinant très près du bord … et paf !! après avoir attaqué un crabe, un second un peu moins gros mais tout aussi énergique se laisse prendre. Le niveau d’eau monte et le poisson s’éparpille. Pause midi. RDV ce soir à la descendante.

Premier post, pas beaucoup d’activité. Je me place dans un endroit où un pépère a pris l’habitude de se mettre à l’abri du courant. J’attends quelques minutes, rien … je songe déjà à changer de coin. Puis apparaît une queue bien noir juste à mes pieds. J’en crois pas mes yeux. Le malin, il est déjà en place sans que je soupçonne sa présence. Mon leurre est positionné derrière lui prêt à se faire happer. Je tiens la canne d’une main et de l’autre mon reflex histoire d’immortaliser ce moment. C’est un peu chaud comme situation, au fond de moi j’y crois pas trop. Il se décide enfin après 2-3 min à bouger, tape dans la touffe de goem’ (crabe surement), se détourne et ignore totalement mon leurre. Pfff, j’ai pourtant fait dans le flashy avec mon chartreux !! Peut être m’avait il déjà repéré !?

victim-le bonheur à nos pieds-2

Deuxième posts, à quelques kilomètres. Des chasses de petits comme j’en avait pas vu depuis longtemps, et du bars, du jolis se baladent parfois seul, parfois en groupe de deux ou trois. Faut dire qu’il y a du lançon à bloc.
Soleil dans le dos, j’me fais « cramé » direct avec mon ombre dès que je m’approche. Rrraa, ce serait dommage de passer à coté d’une telle activité.

Le courant se calme, la lumière baisse, et les chasses s’éloignent.

Un dernier passage avant de partir, force est de constater que tout c’est bien calmé mais je reste confiant malgré tout. Les gros ont largement de quoi se caler. Alors que j’ai les pieds dans l’eau pour contourner une zone prometteuse, j’aperçois une queue en mouvement sous une grosse roche isolé, comme on peut en trouver un peu partout sur la cote.

Ne voyant pas mon leurre avec le reflet, je me fie à mon bas de ligne pour juger la distance qui sépare mon worm de la « bête ». Il semble réagir, et mieux que ça, il plonge sur mon leurre sans hésitation. Pas de toc mais un fluoro qui se tend rapidement. Ferrage et c’est avec une grosse énergie qu’il va se battre à coup de longs rushs. Dès qu’il perd un peu de terrain, il essai de couper le fluoro sur les quelques cailloux qui trainent, puis repart gauche droite, toujours dans peu d’eau à une vingtaine de mètres de sa cache. Une sacrée patate !

victim-le bonheur à nos pieds-3

Un bar massif qui dépasse les 70, piqué avec un Swimmy Bullet 5.8″ de chez Sawamura, monté sur un montage Diabolo texan Decoy  worm 17 – 2/0

Bertrand

Bertrand

Adepte des pêches fines aux leurres et à la mouche, du bord, en s.u.p. ou en kayak. J'apporte beaucoup d'importance dans la manière d'approcher le poisson, à travers les techniques que j'apprécie le plus et pas forcément celles les plus productives. Proche de la nature, j'essaye de concilier ma passion avec le respect du poisson et sa protection.

More Posts

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks