Accueil > Matériel, Pêche à vue > Hameçon texan sabot

Hameçon texan sabot

victim-hamecon texan sabot-1

Toujours dans l’idée de pousser encore plus loin l’imitatif et la présentation du leurre, j’vais vous présenter en quelques lignes ce qu’il me paraît être un « petit plus » pour espérer tromper les gros bars de bordure qui comme chacun sait, sont très méfiants et sélectifs.

Quand on se prend des refus à répétition, on se pose des tas de questions dans la manière de les approcher, et c’est bien ça qui est passionnant dans cette pêche. Les nuits sont souvent agitées dans le genre « Où est ce que j’ai pu fauter ? »

J’ai souvent pour habitude de faire venir le bar au leurre, en faisant de petites secousses ou de toutes petites animations. Soit il attaque par réflexe et agressivité, soit il s’enfuit en me laissant un nuage de vase à la première animation. Effrayé surement … mais de quoi ?

Un leurre posé au fond est sur le flan la plupart du temps. Certains diront qu’il imite un poisson blessé et provoquera un intéressement ou mieux une attaque franche de son prédateur, ce qui est vérifié lorsque le bar est dans une phase d’alimentation dans le courant et pas trop regardant, mais quand il est tatillon, ce n’est pas toujours le cas …
On retrouve souvent l’exemple sur des leurres ventrus comme le Shad impact ou le One up slug pour les plus connus. Une fois la tension de la bannière relâchée, il se couche sur le coté. Certaines têtes plombées texane permettent un maintien du leurre verticale, comme la forme football, mais en texan simple je n’ai rien trouvé en magasin, du moins en France. Alors c’est décidé, je me lance dans la création.

Un « sabot » sous la hampe du texan qui va permettre au leurre de se tenir droit à la vertical (avec je suppose un meilleur gobage et ferrage), de s’animer au moindre courant pour les leurres les plus souple, une présentation naturelle d’un poissonnet qui fouille dans le sol, un hameçon en apparence plus discret, et une descente plus planante qu’avec un plomb en tête mais tout aussi précis. A utiliser plutôt sur des leurres pas trop dense, voir flottant.

– J’ai opté pour une forme cylindrique, pour éviter les croches avec les herbes ou les cailloux, et aussi pour que le moule soit simple et rapide à réaliser pour les premiers tests. Reste plus qu’à décliner différents grammage suivant le leurre et l’hameçon. Peut être aussi un peu de peinture mat pour gagner encore en discrétion , à voir. Sur des corps gras, il est possible aussi de mettre un stop leurre en caoutchouc à l’arrière pour qu’il garde bien sa position.
(Pour une première approche, on peut pincer fortement une chevrotine de façon à avoir le même résultat. Il est nécessaire d’apporter un peu de colle à l’intérieur du plomb avant serrage, pour bloquer la rotation autour de l’hameçon.)

– Une autre idée en tête, celle de ligaturer une haltère plomb (diabolo) que l’on utilise pour lester les montages mouche de type clouser. Je vous en parlerai plus tard lorsque j’aurai fait les premiers essais, à suivre … ici

Un conseil en passant, vérifier bien le piquant de vos hameçons, ça vous évitera quelques décrochés. Et tant que possible, désarmer vos leurres pour échapper à la corrosion, du à l’accumulation du sel et de certains attractants … au pire rincer les.

Testé ce jour, je commence la prospection tôt ce matin. L’activité n’est pas vraiment rendez vous, un peu comme hier matin d’ailleurs. Je décide de changer de rive à la mi-session et enfin, une première caudale se pointe sous le goemon. Le temps que je descende du chemin côtier, que j’accroche mon leurre dans les branches, GRrrrr … il s’éloigne lentement dans les profondeurs. Pfff, ça se joue à pas grand chose parfois !! Midi approche, le moral est au plus bas et c’est toujours aussi calme.

Changement d’estuaire pour une ultime chance de croiser du bar. Encore 10 bonnes minutes de marche pour accéder au spot « mais qu’est ce que je fous là, je ferais mieux de rentrer … »

Concentré à éviter les pièges de la bordures accidentées, je me trouve nez à nez avec trois bars (2 noir et un blanc) en ballade, à chercher la crevette à la basse mer. Je ne vais pas avoir la patience de les laisser passer pour les attaquer dans le dos, alors je lance … agitation, un premier « noir » m’a vu et s’écarte du groupe. Je me cache de nouveau derrière une roche, les genoux sur les coquilles d’huîtres et j’attends patiemment qu’ils se recollent sur la bordure. Ils ne sont plus que deux mais toujours bien décidés à se bouffer de la crevette. Cette fois je suis bien positionné, mon leurre aussi.

victim-hamecon texan sabot-2

Mise en scène du leurre pendant la relâche

L’eau est très claire dans le secteur avec un fond sableux, seul un petit clapot brouille ma vision … et la leur aussi j’espère. Ils doivent être proche du leurre maintenant, il est temps d’envoyer une animation. Je ressens de suite une résistance, zuut accroché ? Pas du tout, il avait déjà engamé mon leurre. Ferrage, départ énergique dans très peu d’eau, échouage.

Des parties de pêche à vue comme j’aime, dur mais récompensée.

victim-hamecon texan sabot-3

One up slug sur texan worm sabot, plombé à 2.5gr
Fluoro TENRYU MI-207F 8lbs, solidité extrême mais un peu raide.

Bertrand

Bertrand

Adepte des pêches fines aux leurres et à la mouche, du bord, en s.u.p. ou en kayak. J'apporte beaucoup d'importance dans la manière d'approcher le poisson, à travers les techniques que j'apprécie le plus et pas forcément celles les plus productives. Proche de la nature, j'essaye de concilier ma passion avec le respect du poisson et sa protection.

More Posts

  1. Labrax
    13/09/2015 à 17:11 | #1

    Sympas le Cr, ce montage irait bien sur les créature pour fait une position de défense. C’est toujours marrant de voir un des bars quitter le groupe au premier lancé, avec les autre qui suive mais ne comprennent pas jusqu’au moment ou le deuxième lancé fait mouche.

  2. Bertrand
    Bertrand
    13/09/2015 à 17:32 | #2

    C’est pas toi qui avait essayé le texan Damiki articulé ?

  3. Labrax
    13/09/2015 à 17:36 | #3

    @Bertrand
    Oui, c’est moi

  4. igloot
    26/09/2015 à 16:19 | #4

    salut, petite curiosité, la photo du bar en face du leurre…c’est après l’avoir pêché, on avant?(parceque si c’est avant chapo!)

  5. Bertrand
    Bertrand
    27/09/2015 à 12:42 | #5

    salut Igloot … après.
    Lors de la relâche du bar, j’ai posé mon leurre à coté pour une mise en situation … juste pour le fun !
    Avant, ce serait jouable dans certains coins très précis.

    Bon, j’ai dû modifier la position du plomb de façon qu’il aille chercher le coude de l’hameçon pour se bloquer en rotation.

  6. nico
    23/10/2015 à 15:05 | #6

    pfff bien joué!
    même au taf a l’hôpital sa fait rêver! joli CR!

  1. Pas encore de trackbacks